Le Blog de Madame C

Un mariage en Lorraine – Sayuri + Geoffroy

Du Japon à la Lorraine, Sayuri & Geoffroy ont imaginé une belle journée métissée. Berceau de son enfance, c’est en Lorraine que Geoffroy a souhaité organiser ce moment joyeux et émouvant. Des instants authentiques dans un bout du monde au charme incroyable. La balade est éternelle…

La rencontre

Nous étions chacun étudiants en échange universitaire à Los Angeles, loin de nos pays d’origine respectifs: le Japon pour elle, la France pour moi. Nous nous sommes rencontrés le jour de la rentrée des classes, puis pour des cours de surf et finalement pour découvrir ensemble ce beau pays qu’est la Californie. Après une année fantastique, il était temps de rentrer chez nous. Que la séparation fut rude! Mais quelques années de relation à distance, nous avons réussi à nous retrouver pour de bon à Singapour.

La demande en mariage

Le Japon étant un pays encore très traditionnel, je suis allé demandé la main de Sayuri à son père qui habite Kyoto… AVANT de lui avoir fait ma demande! Il a fallu faire preuve d’ingéniosité pour lui préserver la surprise. Sitôt la bénédiction acquise je lui ai fait ma demande en toute simplicité: chez elle, à Singapour. J’avais organisé une petite chasse au trésor pour Noël, reprenant nos plus beaux moments ensemble. Une fois menée sur le toit de l’immeuble, à l’heure du coucher de soleil, le cadeau de Noël s’est transformé en bague de fiançailles et j’ai pu lui poser LA question fatidique. Nous avons ensuite été fêter cela au restaurant avec encore une fois une vue imprenable sur la ville. Une très belle soirée!

Le lieu

Je tenais à me marier dans ma région d’enfance afin de pouvoir inviter ce qui m’ont vu grandir aux célébrations. Le lieu évident? A la maison! Nous avons donc organisé le vin d’honneur chez mes parents, dans le jardin. Cela restera un moment inoubliable.

Pour la réception, nous voulions un lieu d’exception pour nos invités qui se déplaçaient parfois de très loin. Il nous fallait d’authentiques vieilles pierres, véritables trésors de France et si rares au Japon, à Singapour ou aux Etats-Unis. Nous avons donc cherché un beau château lorrain. Et nous avons eu un coup de coeur pour le château d’Hattonchâtel!

Le château se prête idéalement à un mariage. C’est d’abord un lieu plein de charme: le château est ancien, il surplombe un petit village au milieu de nul part. Le décor est majestueux et très vert, féérique! C’est ensuite un lieu qui se prêtait très bien à la tenue d’une réception: un château confortable, avec suffisamment d’espace pour une centaine d’invités et une dizaine de chambres pour en loger une partie directement sur place. Nous nous sommes vraiment sentis chez nous l’espace d’un weekend.

Les préparatifs

Nous n’avions pas choisi la facilité: organisation à longue distance (depuis Singapour), beaucoup d’invités étrangers à transporter en province, programme de la journée peu orthodoxe. Dans ce contexte, le maitre mot, c’est la confiance. La confiance en ses choix d’abord: le déroulement du mariage doit avant tout coller à la personnalité du couple, même s’il complique un peu la tâche. Nous avions une 1h30 de transport entre nos lieux de vin d’honneur et de réception. De quoi laisser beaucoup de gens sceptique mais finalement ce ne fut pas un problème: à l’heure de la sieste, tout le monde en a profité pour recharger ses batteries. La confiance en ses proches ensuite. On le lit partout: déléguer, déléguer, déléguer. La journée file si vite qu’il est indispensable de se décharger. Avec parents, frères et témoins, nous étions bien épaulés et tout le monde a pu profiter de la fête. Voilà pour l’état d’esprit.

D’un point de vue strictement organisationnel, je me rends compte que nous nous concentrions énormément sur les détails (déco, surprises, déroulement, transport, hébergement, etc.). Ces éléments qui donnent un peu plus de magie à la fête prennent beaucoup de temps dans la préparation. Avec le recul, je crois que même si la moitié de ces détails n’étaient pas au rendez-vous la fête aurait tout de même été réussie… parce que l’essentiel était couvert. Et l’essentiel est ailleurs: le lieu de réception, le traiteur et l’animation. Une erreur sur ces fondamentaux vous embarque dans un tout autre stress. Dans ce cas, le fait de se concentrer sur autre chose est de bonne augure.

Diy

Le plan de tables est l’occasion de personnaliser sa décoration. Nous avons choisi d’assigner les tables en reprenant les lieux que nous avions visité ensemble. Il faut un joli planisphère et vos photos préférées de ces lieux. Nous avions donné un style vintage au notre.

Les lanternes et ombrelles en papier. Elles nous ont surtout servi pour la cérémonie extérieure. Les lanternes sont faciles à installer et habille un lieu sans lui enlever son caractère naturel. Le plus difficile est de les trouver à bon prix (internet). Les ombrelles ont donné un vrai plus: le cortège dissimulait la mariée derrière depuis sa sortie du château jusqu’à la marche nuptiale. Effet garanti!

Pour les fleurs, nous voulions garder un thème naturel: pas d’arrangements, juste des bouquets en vrac. Le secret est de s’appuyer sur un fleuriste pour faire son marché. Il connait mieux le timing d’éclosion, et pourra assurer des fleurs comme si cueillies la veille.

Une anecdote

Pendant la cérémonie en extérieur, un petit garçon a voulu voir de plus près le bassin du jardin. L’inévitable arriva en plein discours de mon papa: le petit tomba dans le bassin tête la première! Au final, plus de peur que de mal, le petit a été secouru et son papa l’a emmené se changer. Nous devions être sur une autre planète à ce moment là, car ni moi ni ma femme n’avions remarqué les cris et pleurs derrière nous. La cérémonie s’est poursuivie comme si de rien n’était et nous n’avons compris qu’au visionnage de la vidéo plus tard. Comment avons-nous pu ne pas nous en rendre compte?

Et si c’était à refaire…

Ne pas oublier le matériel de projection! C’était le couac du jour, et ça aurait pu ôter à la fête une partie de son charme. La réception devait commencer par une vidéo sur notre couple, longuement préparée, et à projeter une fois tout les convives attablés. Nous devions ensuite faire notre entrée, la première en temps que couple marié. Sauf que… le matériel de projection était resté à la maison. Personne n’avait conduit la voiture qui le contenait et faire la route inverse aurait pris trop de temps. Nous avons finalement fait avec les moyens du bord: un projecteur du village et un drap blanc tenu à bout de bras par mes cousins. Au final, notre entrée y a même gagné au change. Nous n’avions plus qu’à faire tomber le drap et nous apparaissions derrière!

Do et Don’t

Do: Faire de cette journée la sienne en mettant un maximum de touches personnelles dans les festivités

  • le mix des cultures: Nous avons essayé de le faire passer par les vêtements (le kimono japonais de la mariée pour la cérémonie civile, les robes traditionnelles vietnamiennes, le dress code à l’américaine des garçons d’honneurs, et tout de même la robe blanche!), la langue (discours, toasts, lecture de lettre alternées en français, japonais, anglais, vietnamien), le lieu et la gastronomie française (un château lorrain chargé d’histoire qu’on ne trouve pas au bout du monde, la cérémonie extérieure à l’américaine), les danses et chansons…
  • Le vin d’honneur à la maison: rare privilège que de pouvoir accueillir les gens chez soi. Ce n’est rien d’autre qu’un vin d’honneur en extérieur, sauf que le faire chez soi donne un supplément d’âme, une atmosphère plus chaleureuse.
  • Le live band: la musique est un langage international et nous avons beaucoup joué dessus. A la maison, les mélomanes ont pris d’assaut le piano et chanté en coeur. Au château, un orchestre a assuré l’animation jusqu’au bout de la nuit et c’était notre meilleur choix!

Do : finir le repas de bonne heure.

  • Nous avons limité les animations entre les plats et enchainé le service jusqu’au fromage. Le dessert est arrivé avant minuit et nous avons pu profiter du reste de la soirée dansante. C’est une bonne formule!

Do: un brunch le lendemain

  • Sinon la fête est vraiment trop courte. ça permet d’être totalement détendu et de profiter de ses invités, de faire les photos que l’on pas pas faite, etc.

Don’t:

  • Ne pas lésiner sur le traiteur: le professionnalisme du service est important pour s’éviter les mauvaises surprises.
  • Ne pas dépenser une fortune sur les chaussures de la mariée: elles doivent être belles bien sûr, mais surtout confortables car elle les porte des heures durant.
  • Ne pas attendre pour chercher le photographe qui vous convient: les bons sont très vites réservés.

Les chouettes adresses du big day…

Photographe : Nordica Photography ⎪ Coiffure : Asami Maeda / Freelance à Paris ⎪ Maquillage:  Asami Maeda / Freelance à Paris ⎪Robe de la mariée: Amarildine ⎪ Voile: White de Vera Wang  ⎪ Kimono: tenue de famille ⎪Costume: Givenchy ⎪Lieu: Château d’Hattonchatel ⎪ Décoration: par les mariés. Accessoires commandés sur les sites suivants : Paper Lantern & Paper Umbrella : Hanging Lanterns – Wooden Garlands : Twine Decor (Etsy) ⎪Bijoux:  Alliances Chaumet – Bracelets et colliers familiaux – Accessoire pour cheveux: Whichgoose (Etsy) ⎪Chaussures du marié: J.M. Weston  ⎪ Chaussures de la mariée: Anna Nucci ⎪ Lingerie: Simone Perele⎪ Faire part, menu et impressions : Papypress (à Singapore) ⎪ Fleuriste (Bouquet/Boutonnières/Décorations) : Celine Grosse / Metzing, France ⎪ Traiteur: Lorraine Reception ⎪ Musique : Orchestre Jukebox, Moselle

Articles similaires

2 Commentaires

  1. Aniwa

    1 novembre 2012

    Il s’agit d’un mariage élégant dans un château très agréable avec une ambiance incroyable

  2. Paula CONTINI

    15 octobre 2015

    Bonjour,
    comment pourrai-je vous contacter? Merci bien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.